Le Jean Bouin bis

Forum privé de supporters du Stade Français.
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Archives : saison 2005-2006

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Archives : saison 2005-2006   Sam 22 Fév - 19:24

SAISON 2005-2006





PALMARES


2eme de la POULE 3 de la H Cup (éliminé)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Coupe_d'Europe_de_rugby_à_XV_2005-2006


DEMI-FINALISTE du CHAMPIONNAT de FRANCE
Défaite 9 à 12 contre le ST à Gerland
http://fr.wikipedia.org/wiki/Championnat_de_France_de_rugby_à_XV_2005-2006

   

3 juin 2006Stade GerlandStade français ParisStade toulousain9 - 12Stade français: 3 pénalités par D. Skrela (44' et 55') et J. Fillol (71')
Stade toulousain: 2 pénalités par F. Michalak (33' et 52'), 2 drops par F. Michalak (17') et J.Dubois (78')

  • Stade français Paris

    • Titulaires : Juan Martín Hernández, Christophe Dominici, Geoffroy Messina, David Skrela, Julien Saubade, (o) Alain Penaud, (m) Jérôme Fillol, Pierre Rabadan, Sergio Parisse, Mauro Bergamasco, David Auradou (cap.), Mike James, Sylvain Marconnet, Dimitri Szarzewski, Rodrigo Roncero
    • Remplaçants : Mathieu Blin (72'), Pieter de Villiers (57'), Boela du Plooy, Rémy Martin (56'), Agustín Pichot, Mirco Bergamasco (72'), Lucas Borges

    </li>




EFFECTIF


Arrivées :

Pablo HENN, Dimitri SZARZEWSKI, Theunis DU PLOOY, Sergio PARISSE, Morgan WILLIAMS, Alain PENAUD, Geoffrey MESSINA, Thibault LACROIX, Julien SAUBADE, Ross GELDENHUYS




Max Guazzini signe le contat de Dimitri Szarsewski. Le 16/09/2005.



Promus dans le groupe pro : Damien WEBER, Fabien GRIMAUD, Saïd HIRECHE, Terry BOUHRAOUA

Départs:

SIEPIELSKI, CASTOLA, GAONA, BROUZET, BADO, MAHE, QUESADA, KING, GALOPIN, MAROT, POULAIN, SOUPLY

http://fr.wikipedia.org/wiki/Saison_2005-2006_du_Stade_français_Paris_rugby


ENTRAÎNEURS

Fabien GALTHIE


Fabrice LANDREAU



PILIERS

Pablo HENN


Rodrigo RONCERO


Pablo LEMOINE
Sylvain MARCONNET


Pieter de VILLIERS


Yohan MONTES


Damien WEBER


Ross GELDENHUYS


TALONNEURS

Dimitri SZARZEWSKI


Mathieu BLIN
Benjamain KAYSER



DEUXIEME LIGNE

Mike JAMES


David AURADOU


Arnaud MARCHOIS


Theunis DU PLOOY


Rudy CHARTRON

TROISIEME LIGNE

Christophe MONI
Pierre RABADAN


Remy MARTIN


Raphael JECHOUX


Mauro BERGAMASCO


Shaun SOWERBY


Sergio PARISSE


Saïd HIRECHE

DEMIS

Augustin PICHOT


Morgan WILLIAMS
Terry BOUHRAOUA


Jérôme FILLOL



Alain PENAUD


David SKRELA



TROIS-QUARTS CENTRES

Thierry BRANA


Stéphane GLAS


Brian LIEBENBERG


Geoffrey MESSINA


Thiébault LACROIX



AILIERS ARRIERES

Julien ARIAS


Fabien GRIMAUD
Christophe DOMINICI


Olivier SARRAMEA


Lucas BORGES


Julien SAUBADE

Ignacio CORLETO


Mirco BERGAMASCO


Juan Martin HERNANDEZ


_________________________________________

MAILLOTS






PERPIGNAN ROSE PÂLE


2 Septembre 2005

Perpignan reste dans le sillage des équipes de tête après
son succès sur le Stade Français, qui étrennait son maillot rose
(16-12). Après les défaites de Biarritz à Agen (29-25) et de Clermont à
Narbonne (34-28), seuls Toulouse, vainqueur à Montpellier (24-12), et
Castres, lauréat à Toulon (16-9), restent invaincus.


Les joueurs du Stade Français, battus (16-12) à Perpignan,
ne garderont pas un souvenir ému de leur premier match disputée avec un
maillot rose, idée ramenée du Championnat italien de football par leur
président Max Guazzini. Les hommes de Fabien Galthié, toujours en retard
physiquement, n'ont pas réalisé un grand match face à une formation
catalane qui récupérait son capitaine Bernard Goutta, mais aussi sa
charnière. Dans cette rencontre marquée par de nombreuses fautes de
main, l'USAP a fait la différence par un essai collectif concrétisé par
Tincu (62e). Perpignan prolonge son invincibilité à domicile, démarrée
en avril 2003, et se remonte à la 6e place du classement. Le Stade
Français, battu deux fois en deux matches à l'extérieur cette saison, se
console avec le bonus défensif mais compte déjà 7 points de retard sur
le Stade Toulousain.





Comme tout grand club sportif, le Stade français est aussi une
entreprise. Le club promeut ainsi la marque Stade français au travers
d’une ligne de vêtements et d’objets dérivés de toute nature. Depuis
2005, le phare de la collection est le maillot rose, couleur considérée
comme aux antipodes de la virilité affichée des rugbymen, qui déconcerte
le monde du rugby en septembre 2005, lorsque les joueurs de l’équipe
première du club l’endossent pour un match de championnat à Perpignan.
Malgré la défaite sportive, le Stade français tient un succès
commercial phénoménal. 20 000 exemplaires du maillot fabriqué par Adidas sont vendus en 2005-2006.





_________________________________________

BONUS














Citation :


Premier titre de Champion de France pour les Cadets du Stade Français Paris !




28/05/06












Djibril Camara, l'arrière des Cadets Champions de France 2006 va intégrer le Centre de Formation du Stade Français Paris.





Le capitaine des Cadets du Stade Français avait apporté le ballon de match sur un Char au Stade de France le 04/03/2006.




Citation :


Fort comme un homme



Fort comme un homme est un téléfilm français réalisé en 2006 par Stéphane Giusti et diffusé en 2007.



Fraîchement arrivé de Grenoble, Olivier Costa, un beau demi d'ouverture, a été choisi par un grand club de rugby
parisien. Accueilli par Alain Moretti, l'entraîneur, et Fred,
l'ex-capitaine de l'équipe, il s'installe dans un grand appartement avec
Brian, un joueur irlandais. Très doué, Olivier ne tarde pas à être
remarqué pour ses prouesses sportives et sa plastique. Surtout lorsque
le président du club entreprend de publier un calendrier glamour avec
les photos des joueurs. Bientôt sacré icône du rugby, Olivier tombe sous
le charme d'Inès, la photographe du calendrier. Grisé par l'argent et
la notoriété, il entame une ascension tumultueuse...

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fort_comme_un_homme





Citation :


15 octobre 2005 : premier match au SDF organisé par le SF


STADE FRANCAIS bat STADE TOULOUSAIN 29-15 (26-0)

Equipe du SF :
Marconnet, Szarzewski (Blin), De Villiers (Roncero) / James, Auradou
(Marchois) / Parisse, Sowerby (Rabadan), Martin / Pichot, Penaud
(Fillol) / Borges (Sarramea), Hernandez, Glas, Dominici (Cap) (Messina) /
Arias




http://videos.stade.fr/video/iLyROoaftfcq.html

Guazzini veut donc logiquement remettre cela à l’occasion d'un match de
championnat contre Toulouse et d'un match de Coupe d'Europe contre
Leicester à l'automne. Mais cette fois-ci, les dirigeants du Paris Saint-Germain
s'y opposent, craignant les dégâts que les rugbymen causeraient à la
pelouse. Guazzini, vexé, et choqué par le peu de solidarité du voisin,
affirme qu’il remplira le Stade de France. Grâce à une stratégie
commerciale agressive (la moitié des places est proposée à 5 ou 10 €,
des sponsors sont démarchés) et une communication efficace, il parvient à
ses fins : le 15 octobre 2005, le Stade français bat le record mondial
d'affluence pour un match de championnat de rugby à XV de saison
régulière (79 502 spect.). Il récidivera trois fois : contre Biarritz
(4 mars 2006, 79 604 spect.), puis toujours contre Biarritz (14 octobre
2006, 79 619 spect.) et enfin contre Toulouse (27 janvier 2007, 79 741 spect.).


_______________________________________


Le Stade Français au Stade de France ?

01 sept. 2005 18:26


Le Stade
Français
pourrait disputer deux matchs au Stade de France, selon
un communiqué diffusé sur le site du club.


Pascal Simonin,
directeur général délégué du Consortium, aurait en effet proposé à Max
Guazzini, président du club, de jouer la rencontre opposant le Stade
Français au Stade Toulousain
sur la pelouse du Stade de France. Il a d'ailleurs ajouté que « le
Stade de France serait ravi d'accueillir plus de 50 000 spectateurs
passionnés de beau rugby ».

Le match de la 9e journée contre Toulouse aura lieu le 15 octobre. Le
Stade français a déjà disputé cinq finales au SDF.

La semaine dernière, le club avait vu sa demande d’organiser des
rencontres au Parc des Princes rejetée par Pierre Blayau, président du
PSG, en raison des risques pour l'état de la pelouse.

http://www.sportstrategies.com/actualites/divers/136842-le-stade-francais-au-stade-de-france


________________________________________


Le Stade Français fait son show


16 Oct, 2005
                               par Julien Hermetet




Ce match de championnat du 15 octobre 2005 opposant le Stade Français au
Stade Toulousain restera dans les annales du sport français. Pour ce
choc des Stades, Max Guazzini, président du Stade Français et Pascal
Simonin, directeur général délégué du consortium Stade de France,
avaient vu les choses en grand. A match de prestige, stade de prestige.
Comptant donc sur le prestige de l’affiche, les deux hommes s’étaient
donnés pour objectif de remplir le Stade de France et ses 80.000 places…
Et l’affaire fut entendue 15 jours avant le match. Parler de succès de
l’opération — jouer à guichets fermés, mobilisation des supporters et
amateurs de rugby, forte médiatisation — serait un euphémisme.

Un spectacle sur et en dehors du terrain

Si l’opération n’était pas sans risques, notamment sur le plan
financier, elle a été préparée de main de maître pour placer le
spectacle et la fête au coeur de cette rencontre de Championnat. Ainsi, à
l’instar des matches de NBA ou de NFL* où les pom-pom girls et autres
animations envahissent le terrain à chaque pause, les spectateurs du
Stade de France ont eu droit aux fameuses pom-pom girls et à un karaoké
géant avant le match et pendant la mi-temps. Le spectacle était
également dans les tribunes : drapeaux, confetti, serpentins, supporters
maquillés… Tout a été savamment orchestré pour faire de ce match une
belle fête du sport.

Une formidable opération de promotion pour le rugby

Si le match n’a pas forcément brillé sur le plan sportif, le
spectacle et l’ambiance ont été en tous les cas assurées. Le résultat de
cette opération ambitieuse et festive est donc largement positif. Il a
pu mettre en évidence un certain nombre de valeurs du rugby telles que
le sens du collectif, la convivialité, le respect. Au final, en termes
d”image, ce match est à marquer d’une pierre blanche pour le rugby
français. En effet, si les grosses affiches du Top 14 mobilisent les
supporters, elles n’avaient encore jamais fait autant parlé d’elles. De
quoi décomplexer les amateurs de rugby par rapport aux rencontres
médiatisées du football français du type Olympique de Marseille / Paris
Saint-Germain.
Fort de ce premier succès, le Stade Français et les organisateurs du
Stade de France remettront le couvert le 4 mars 2006 pour un autre choc
de ce Top 14 : ce sera contre le Biarritz Olympique, Champion en titre.

Julien Hermetet
Le Blog du sponsoring sportif

______________________________________________________

LIBERATION
Le 15 octobre 2005 à 4h06
   

               
               L'ovale fait stade comble


   Par MARCHON Hervé
http://www.liberation.fr/sports/0101545048-l-ovale-fait-stade-comble


                        Samedi soir, avec près de 80 000 spectateurs
payants, le Stade de France de Saint-Denis sera comble comme rarement.
Match des Bleus avec Zidane ? Non, rugby. Match du Top 14, de surcroît.
Jamais une rencontre de phase régulière de Championnat n'aura attiré
autant de monde. Le match Stade Français-Toulouse pulvérise le record
d'audience d'une rencontre de championnat national, détenu jusqu'ici par
le football: 57 000 spectateurs payants pour OM-PSG, en avril 1998.
Max
Guazzini, le président du Stade Français, qui organise cet événement,
est aux anges: «C'est incroyable ! Il faut tenter des paris, c'est
amusant, sinon on ronronne.»

Fleurets.

Guazzini comptait remplir les deux premières couronnes du Stade de France, soit 50 000 places
(alors que l'opération était rentable avec 25 000 billets vendus). Face
aux demandes, la location de la troisième couronne a très vite été
ouverte. Avec la moitié des places vendues, entre 5 et 10 euros, en
trois semaines, le défi est relevé. «Nous voulons être populaires. C'est
un acte militant pour que le rugby existe.» Max Guazzini s'en défend,
mais c'est aussi un beau pied de nez aux dirigeants de la Ligue
nationale du rugby (LNR), avec qui il a bataillé tout l'été à fleurets
mouchetés à propos des huit semaines de vacances des joueurs
internationaux et du calendrier du Championnat. Le 22 septembre, la
commission juridique de la LNR a infligé 16 000 euros d'amende au Stade
Français, dont 3 000 avec sursis, pour avoir aligné ses internationaux
lors de la première journée du Championnat, les 19 et 20 août.

«Il n'y a pas de polémique», assure Guazzini aujourd'hui. Mais
l'affrontement avec la LNR a commencé à la fin de la saison 2004-2005,
quand le club parisien a annoncé son intention de quitter, pour les
grands matchs, l'enceinte inadaptée du stade Jean-Bouin, ses 12 000
places, sa piste d'athlétisme qui éloigne la pelouse de ses tribunes
hétéroclites, son bac à sable du saut en longueur dans lequel tombe
l'arbitre de touche, son virage ouvert à tous les vents. Il voulait
jouer au Parc des Princes, comme il l'avait fait par trois fois lors de
la saison 2004-2005, pour ses matchs de Coupe d'Europe contre Newcastle
et Biarritz et son match de Championnat, déjà contre Toulouse. 134 000
spectateurs au total.

Calendrier.

L'idée est belle. Et lucrative.
Une requête exceptionnelle de changement de stade est envoyée à la
Ligue. Dans cette démarche, Paris n'est pas seul: Bourgoin,
demi-finaliste du Championnat de France, fait de même pour recevoir le
Stade Français, le Stade Toulousain et Biarritz à Gerland (Lyon). Le 4
juillet, quand le calendrier est dévoilé, patatras, les espoirs de jouer
devant 40 000 spectateurs s'envolent. Bourgoin découvre que la venue du
Stade Français est programmée le 11 novembre, jour férié et veille du
match du XV de France contre Tonga (le match se jouera donc sans les
internationaux des deux équipes) ; que celle de Toulouse est prévue le
27 mai, soit la dernière journée du Championnat, quand les jeux sont
souvent déjà faits. Alors que l'est de la France manque de grands matchs
depuis que Grenoble a été relégué en division fédérale, il ne lui reste
que la venue de Biarritz, le 14 avril, pour attirer les foules.

Le calendrier du Top 14 étant décidément facétieux, le match Stade
Français-Biarritz tombe le jour de PSG-OM, le 3 mars. Celui contre
Toulouse, lui, se joue le week-end de... OM-PSG. Certes, à cette date,
le Parc est libre. Mais c'est le nouveau président du PSG, Pierre
Blayau, nommé en mai 2005, qui refuse que les crampons des rugbymen du
Stade Français viennent abîmer sa pelouse. Le consortium du Stade de
France «invite» alors le Stade Français à affronter Toulouse, l'autre
club le plus prestigieux de l'Hexagone, sur sa pelouse.

Six payants.

On connaît le succès de l'opération. Qui en allèche d'autres:
Lens, Metz, Marseille et Bruxelles ont officiellement invité le Stade
Français à jouer chez eux sa rencontre de Coupe d'Europe, le 29 octobre,
contre Leicester. Mais devant l'insistance de la mairie de Paris, qui
pense que Paris doit jouer à Paris, le Stade Français s'est rabattu sur
le stade Charléty et ses 20 000 places.

L'hebdomadaire spécialisé Midi Olympique a rappelé qu'en octobre 1994 le Stade Français, alors en
deuxième division, jouait contre Chambéry à la Cipale de Vincennes...
devant six spectateurs payants. Aujourd'hui, Guazzini apparaît comme
celui qui fait vivre, seul, le rugby au nord d'une ligne La
Rochelle-Oyonnax, où l'on ne compte que deux représentants du XV
professionnel (le Stade Français et le Racing-Métro, qui a bien du mal à
exister aux côtés de son voisin dans la capitale). 80 000 spectateurs
onze ans plus tard pour recevoir Toulouse. Canal   a même fait déplacer
le match à 21 heures pour doper son audience. Dimanche, la chaîne
cryptée retransmet OM-PSG.


Revenir en haut Aller en bas
 
Archives : saison 2005-2006
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ligue 1: saison 2005/2006
» LIGUE 2 Saison 2005/2006
» [Saison 2005-2006] National
» Archives : saison 2005-2006
» Football : Saison 2005/2006

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Jean Bouin bis :: Les archives-
Sauter vers: